J’AI TROP PEUR

Texte et mise en scène David Lescot / Cie du Kaïros

Séances scolaires dans le cadre des FÉÉRIES DE TRAPPES :
jeudi 15 décembre à 10h et 14h

Présentation

L’Histoire.

J’ai dix ans et demi. C’est mon dernier été avant la sixième. Et la sixième, tout le monde sait que c’est l’horreur. L’horreur absolue. Alors je suis mal, très mal même, et j’ai peur, trop peur. Alors, ma mère a eu une idée. Elle m’a organisé un rendez-vous avec Francis, un gars de quatorze ans qui passe aussi ses vacances dans le coin. Histoire de me détendre. Je peux lui poser toutes les questions que je veux, il me décrit le truc. Et là je m’aperçois que je m’étais bien trompé sur la sixième : selon Francis, la sixième c’est pire, infiniment pire que ce que je croyais ! Moi je pensais que c’était juste l’horreur, en fait c’est carrément l’apocalypse, la fin du monde quoi !
Donc c’est décidé, j’irai pas, j’irai pas et j’irai pas. Le problème c’est que les jours passent de plus en plus vite et qu’il faut vraiment que je me dépêche de trouver une idée.

J’ai trop peur, c’est une affaire de langage. Comment parle-t-on à dix ans et demi ? Et comment pense-t-on, par conséquent ? Et quelques années plus tard, à quatorze ans ? Et à deux ans et demi ? J’ai voulu prêter à chacun des trois personnages : Moi (10 ans et demi), Francis (14 ans) et Ma Petite Sœur (deux ans et demi), un langage spécifique, et l’essentiel du travail d’écriture a consisté à inventer à chacun sa langue, donc sa pensée.

Presse

On aime beaucoup
Du 25 mars 2015 au 1 avril 2015 Théâtre de la Ville – Paris
La sixième ? Quitter l’école pour le collège ? Pour l’enfant de 10 ans et demi qui raconte son été avant ce grand saut dans l’inconnu, c’est « l’horreur absolue, carrément l’apocalypse » ! Impossible pour lui de penser à autre chose qu’à sa peur, rien ni personne ne peut le divertir, le rassurer : ni ses vacances à la mer, ni la bonne humeur de sa petite sœur et encore moins les conseils d’un grand de quatrième… Il y a du vécu dans cette histoire qui forcément fait écho à celle à venir ou passée du public, jeune ou moins jeune. Sur une structure modulable (on passe à vue de la classe à la plage…), trois jeunes comédiennes interprètent selon la représentation, le « moi », personnage principal, la petite sœur ou le grand Francis, chacun parlant un langage spécifique. L’alternance dans la distribution permet sur un même canevas de créer les variantes. Le texte et la mise en scène de David Lescot pétillent d’intelligence et d’humour.
Françoise Sabatier-Morel.

Télérama

Le théâtre pour les « jeunes » est prié d’être stylé
De peur d’avoir l’air ringard, beaucoup de compagnies ont décidé d’en finir avec l’écriture. Parfois elles voudraient même en finir avec ceux qui font du théâtre d’auteurs, comme en témoigne cette blague d’un goût douteux, vers la fin des Armoires Normandes (dernier spectacle des Chiens de Navarre), où un acteur s’étonne que tel ou tel grand metteur en scène ne soit pas mort. « Dommage », lance-t-il, en s’en prenant tantôt à Daniel Mesguich, Stephane Braunschweig, Philippe Adrien et quelques autres, selon les soirs.

Lemonde.fr

Revue de presse

Une production Théâtre de la Ville, Paris – Compagnie du Kaïros
La Compagnie du Kaïros est soutenue par le Ministère de la Culture – DRAC Ile de France

  • Théâtre

    Théâtre

TARIFS :

Scolaires SQY : 3€
Scolaires Hors-SQY : 4€

  • Réservation :

    Réservations scolaires auprès d’Ingrid Lukowski
    01 30 13 98 58 / i.lukowski@la-merise.fr

  • Durée :

    1H30

Vidéo

Distribution

Scénographie : François Gautier Lafaye
Lumières : Romain Thévenon
Assistante à la mise en scène / administration : Véronique Felenbok

Avec
Suzanne Aubert,
Camille Bernon,
Elise Marie,
Lyn Thibault
Marion Verstraeten
(en alternance)

Le texte de la pièce est publié aux Editions Actes sud‐papiers, coll. « Heyoka jeunesse ».

+ d’infos

Dossier du spectacle