L’ÎLE DES ESCLAVES de Marivaux

Théâtre de la Vallée / Mise en scène Gerold Schuman

Jeudi 12 octobre à 19h

La pièce
A la suite d’un naufrage, Iphicrate et Euphrosine, nobles d’Athènes, et leurs esclaves Arlequin et Cléanthis échouent sur une île. Sur cette île, se sont établis des esclaves révoltés contre leurs maîtres qui ont édicté une loi : tous les maîtres qui abordent l’île perdent leur liberté afin qu’ils comprennent les maux qu’ils ont fait subir à leurs esclaves. Et leurs domestiques deviennent leurs maîtres.
Sur ce terrain de jeu expérimental, les quatre jeunes gens doivent alors se plier au « cours d’humanité » de Trivelin, ancien esclave et gouverneur de ce pays. Ils sont contraints d’échanger leurs noms, leurs vêtements et leurs conditions sociales. Ainsi Iphicrate devient l’esclave d’Arlequin, et Euphrosine la suivante de Cléanthis. Sous le regard de Trivelin, « maître du jeu », Arlequin et Cléanthis brossent un portrait incisif de leurs anciens maîtres et tentent de jouer au «grand monde», alors qu’Iphicrate et Euphrosine font l’expérience de bien des humiliations.
Mais l’égalité entre les hommes est difficile à instaurer…

Gerold Schumann met en scène ce « petit bijou», comme l’appelait Beaumarchais, et l’ouvre vers notre présent.

Théâtre de la Vallée
Ses créations sont présentées à Paris (Athénée – Théâtre Louis Jouvet, Théâtre Mouffetard, Le Lucernaire), en Ile-de-France, en régions et à l’étranger (Luxembourg, Maroc, Algérie).
Les textes classiques ou contemporains présentés par le Théâtre de la vallée ont un lien : il s’agit de textes qui résistent à l’usure du temps, aux dogmes et à l’oubli ; ils s’élèvent contre les préjugés, contre la raison dominante. Bien sûr interviennent d’autres facteurs, mais toujours reste présente cette faculté de résistance. Ce ne sont pas les aspects spectaculairement héroïques de cette résistance qui sont recherchés, mais plutôt ses manifestations au quotidien, dans un registre plus poétique que naturaliste.

Gerold Schumann, directeur artistique du Théâtre de la vallée, a mis en scène Bérénice de Jean Racine, L’Eveil du Printemps de Frank Wedekind, l’opéra Pierre la-Tignasse d’après Heinrich Hoffmann, Minetti de Thomas Bernard avec Serge Merlin (élu meilleur acteur par le syndicat de la critique), Colère noire de Brigitte Fontaine, Mère courage et ses enfants de Bertolt Brecht…

Les créations de la compagnie sont régulièrement réalisées avec les artistes associés. L’auteur René Fix et le compositeur-musicien Bruno Bianchi sont également impliqués dans les ateliers et les actions de sensibilisation menées en accompagnement des représentations. Chaque création est un projet artistique soutenu par des actions culturelles et permet un travail et une présence en continu. Le Théâtre de la Vallée associe d’une façon pérenne d’autres artistes à son travail, comme la compositrice Graciane Finzi pour la création lyrique Metamorphôsis, tableaux pour quatuor vocal et quatuor à cordes en coproduction avec le Musée national de la Renaissance – Château d’Ecouen.

Un des axes du travail du Théâtre de la vallée est son action vers le jeune public.
La compagnie présente des textes contemporains qui ont en commun d’être accessibles à l’imaginaire enfantin, sans être infantilisants. Ils n’occultent pas la réalité, mais ils auscultent les réalités.

La compagnie développe des projets fédérateurs associant les institutions culturelles et les habitants de son territoire au processus de création. Répétitions publiques et débats créent un lien entre artistes et spectateurs ; les collaborations avec d’autres acteurs culturels élargissent le champ artistique ; les interventions en milieu scolaire et ateliers de pratiques artistiques donnent la possibilité de comprendre le processus de création et de se l’approprier.

Le Théâtre de la Vallée met en œuvre des actions culturelles qui permettent aux enfants de bénéficier d’une éducation artistique dès le plus jeune âge et qui
proposent à la société dans sa diversité de devenir acteur du champ culturel. Comédiens, plasticiens, musiciens : les artistes trouvent leur place au cœur des territoires. Ils créent leurs œuvres dans une proximité avec les habitants, les font participer au processus de création et rendent possible l’émergence du geste artistique.

Le Théâtre de la vallée, en résidence à Ecouen dans le Val d’Oise, est soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Ile-de-France), la Région Ile-de-France et le Département du Val d’Oise.

Presse

Mentions

Production Théâtre de la vallée, Théâtre municipal d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg) et Établissement public du château de La Roche-Guyon, avec l’aide à la création de la SPEDIDAM et de l’ADAMI.
L’Adami, société des artistes-interprètes, gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques.
Le Théâtre de la vallée, en résidence à Écouen, est soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Ile-de-France), la Région Ile-de-France et le Département du Val d’Oise.

  • Théâtre

    Théâtre classique, comédie dès 12 ans

Spectacle B :
pour les Trappistes : 16€ / 11€ / 8€
pour les non-Trappistes : 23€ / 16€ / 14€

  • Durée :

    1H10

Vidéo

Distribution

L’île des esclaves de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux
Euphrosine                     Anne-Sophie Bailly
Iphicrate                          Vincent Bernard
Trivelin                            Marc-Henri Boisse
Cléanthis                         Claire Cahen
Arlequin                          Denis Ardant
Mise en scène                 Gerold Schumann
Scénographie                  Pascale Stih
Costumes                        Chantal Joguet et Pascale Stih
Univers Sonore              Bruno Bianchi
Vidéo                                Pascale Stih
Lumières                         Philippe Lacombe
Régie Générale               Ydir Acef
Construction décor       Lycée polyvalent Jules Verne de Sartrouville Section Construction

+ d’infos

Dossier du spectacle